Imprimer

Un jour, un homme court près de Socrate pour lui dire qu’il sait quelque chose à propos de l’un de ses amis. En réalité, l’homme veut surtout être le premier à lui faire part d’une rumeur.

Socrate freine le messager dans son élan en lui demandant si, avant de parler, il avait fait passer ce qu’il voulait lui dire au travers des trois tamis.
Le premier est celui de la VERITE, par lequel il nous est recommandé de vérifier si ce que nous nous empressons d’annoncer sur les autres est exact. Le deuxième est celui de la BONTE qui nous invite à réfléchir à la question de savoir si ce que nous avons à dire est véritablement bienveillant. Enfin, le troisième consiste à examiner si ce que nous brûlons de raconter se révèle à tout le moins UTILE à quelqu’un ou à quelque chose.


Dans l’histoire, Socrate conclut la conversation de manière définitive en déclarant que, si ce que nous disons n’est ni VRAI, ni BON, ni UTILE, mieux vaut dès lors nous empresser de l’oublier et de nous taire.


Dans un autre domaine, à l’instar du tri des déchets dont on parle beaucoup actuellement, nous pourrions peut-être penser à TRIER nos PAROLES aussi… pour des relations plus authentiques…

clin oeil

Copyright 2011. Free joomla templates | Institut Saint-Joseph - Trois-Ponts BELGIQUE 2012