Imprimer

Dans la foulée de la petite chronique précédente qui encourageait à oser dire non paisiblement, je pose la question suivante : « Et nous, en tant que parents, osons-nous dire « non » à nos enfants ? ».

Un enfant au comportement difficile a dit un jour à une éducatrice : « Je ne t’aime pas, car tu es trop gentille ! ». Comment traduire cet appel au secours ? Le besoin de sécurité reste un des éléments essentiels de notre construction psychologique et cela passe aussi par l’autorité parentale. Mais à l’heure actuelle, on craint de frustrer les enfants avec un « non » et de n’être plus aimé. Or, c’est plutôt l’inverse. Plus nous poserons un cadre tout en restant dans la bienveillance, plus l’enfant sera proche de nous.
La vie va trop vite, le travail nous submerge, nous culpabilisons, nous sommes fatigués, comment imaginer en plus dire « non » à notre enfant ? Nous avons envie de contempler son sourire, miroir de notre bien-être et de notre rôle de bon parent. C’est pourquoi, il est essentiel de passer du temps avec nos enfants, en leur disant que nous les aimons, que nous sommes fiers d’eux,… afin de nourrir leur estime d’eux-mêmes...

 

 

clin oeil

 

Copyright 2011. Free joomla templates | Institut Saint-Joseph - Trois-Ponts BELGIQUE 2012